samedi 11 février 2017

Réma...lire 2017 : exposition, soupe aux livres, conférence et visite à Giverny



La 2e édition de Réma...Lire, le festival littéraire de Rémalard-en-Perche, sera consacrée cette année à Mirbeau, centenaire de sa disparation oblige. Mais un Mirbeau sous l'angle de sa passion pour les jardins et la nature. Plusieurs rendez-vous sont proposés par l’Association pour le Patrimoine et l'Orgue de Rémalard entre mars et juin.

Après le succès de ce moment chaleureux et gourmand l’an dernier, la Soupe aux livres fait son grand retour. Rendez-vous à la salle des fêtes de Dorceau, vendredi 17 mars à partir de 19h30 (on peut venir pour toute la soirée ou assister seulement à une partie). Chacun apporte en partage un pot de soupe, une tarte salée ou sucrée, et ses souvenirs de lectures ou quelques pages d’un auteur fétiche. On peut aussi venir pour écouter seulement !

Samedi 6 mai à 16h30 à la salle des fêtes de Bellou, Fabrice Picandet évoquera quelques-unes des figures et des curiosités botaniques rémalardaises. Il sera question de Félix Breuil, jardinier que Mirbeau conseilla à Claude Monet pour l’aider à créer son jardin de Giverny, mais aussi Jacques-Léonard Louvel, enseignant rémalardais féru d’arboriculture…



 Le temps fort aura lieu du 20 au 28 mai 2017avec l'exposition Mirbeau Jardin à la salle Octave Mirbeau de Rémalard-en-Perche. L'écrivain a passé toute sa jeunesse à Rémalard. Il a gardé de ces années percheronnes un goût passionné pour la nature, les bêtes, la forêt, le jardin… Ecologiste avant l’heure, il a dénoncé l’urbanisation, la pollution, et célébré la nature sous toutes ses formes.

Ce n’est pas par hasard si ses amis peintres étaient de remarquables paysagistes, comme Claude Monet ou Camille Pissaro, qui a peint les jardins que Mirbeau entretenait lui aussi avec soin autour de ses maisons. C’est cette facette méconnue de l’écrivain, mort il y a tout juste cent ans, que cette exposition retrace en textes à lire, à écouter, et en archives.

Le tout dans une salle des fêtes transformée elle-même en jardin grâce à Esprit Jardiland Dorceau où l'on pourra aussi découvrir une collection d'outils de jardinage anciens prêtée par le Parc naturel régional du Perche.

Une sortie à Giverny, pour découvrir la maison et les jardins de Claude Monet ainsi que le Musée des Impressionnismes, ses collections, son exposition temporaire et son Jardin remarquable, clôturera le festival le samedi 17 juin (transport en autocar et visites guidées : 48 euros par personne).

Toutes les manifestations du festival Réma...Lire sont gratuites (sauf la sortie à Giverny) grâce au soutien de la ville de Rémalard-en-Perche et de Groupama. Suivez aussi la page Facebook du festival.



Réma...lire 2017 : découvrez l'affiche !


jeudi 12 mai 2016

Table-ronde et film dimanche 15 mai

Après le livre, une enquête sur André Gide,
film-voyage d'Ambre Fuentes, durée : 1h20
 

Dimanche 15 mai à 14 heures à l'espace Octave Mirbeau de Rémalard, le festival Réma...Lire reçoit Pierre Masson, président des Amis d'André Gide et éditeur de ses œuvres dans la Pléiade, et Jean-Pierre Prévost, concepteur de l'exposition Gide-Malraux : 30 ans d'amitiés, pour une table-ronde. Le public pourra interagir avec ces deux spécialistes pour mieux connaître leurs vies, leurs œuvres, leurs pensées et leurs héritages.

Et le festival Réma...lire se clôturera, comme à Cannes, par la projection d'un film !

Avec Après le livre, une enquête sur André Gide, la jeune réalisatrice Ambre Fuentes est partie à travers le monde à la rencontre des lecteurs de Gide. Un film-voyage poétique, qui interroge au passage la place dévolue de nos jours à la culture française dans le monde. Et propose de belles images des pays traversés : USA, Canada, Costa-Rica, Nicaragua, Hawaï, Nouvelle-Zélande, Australie, Japon, Hong-Kong, Taïwan, Portugal...

Ici et là-bas, lit-on encore Gide ? Que représente-t-il pour les universitaires ? Pour Monsieur Tout le Monde ? Et d'ailleurs a-t-on besoin des œuvres de Gide ? Autant de questions que l'on se posera avec le public...

Entrée gratuite. 

L'exposition Gide-Malraux : 30 ans d'amitié est à voir jusqu'au lundi 16 mai de 10h à 12h et de 15h à 18h. Entrée gratuite.

Réma...lire a les honneurs de France 3


Mercredi 11 mai après-midi, le festival Réma...lire a reçu la visite d'un journaliste et d'un caméraman de France Normandie.

Des enfants qui lisent, des aînés qui leur expliquent à quoi servent les écrivains, et une ville entière qui vit depuis plusieurs mois au rythme de la littérature, cela valait bien un reportage dans le 19/20 !









Visite au château du Tertre



Samedi 8 mai, le festival Réma...lire s'exportait au château du Tertre, à Serigny, près de Bellême. Un lieu voulu par Roger Martin du Gard comme une œuvre à part entière, dédié à la création et à l'amitié, et où Gide et la Petite Dame, évoqués dans la conférence de la veille, sont venus si souvent. 

Merci à Anne Véronique de Coppet et à sa fille Béatrice pour leur accueil. Et merci à elles d'entretenir si bien la mémoire de cet écrivain majeur, que des lectures de textes pendant la visite ont permis de redécouvrir sous divers aspects de sa personnalité et de son grand talent.




« Le Tertre, tel qu'il ressortira de mes mains, sera incontestablement une œuvre. Une de mes œuvres. » écrit Roger Martin du Gard dans son Journal à la date de novembre 1924.

Et déjà, le 14 juillet 1921, il définissait ce que serait le Tertre :

« Je ne puis m'empêcher d'y situer tous les rêves d'avenir. Je voudrais créer là une œuvre d'art complète ; je puis le faire, je puis parachever l'enchantement, l'harmonie naturelle de ce lieu. J'aimerais, avant de mourir, avoir pu utiliser les dons que j'ai pour faire là un ensemble unique, et en faire profiter ceux qui m'entourent. Je rêve d'une hospitalité ouverte à tous mes amis, dans ce cadre inoubliable. »


  

 
A Gide qui s'étonne de n'avoir pas de nouvelles depuis un certain temps, Martin du Gard expliquera que ce projet lui prend du temps :


Bellême, Orne 6 juin 25

Cher grand ami.

Je comprends bien que vous ne puissiez tout à fait comprendre... La vérité est que j'ai entrepris de bien plus grands travaux que je ne l'ai dit, et que c'est bel et bien une restauration générale de toute la maison, avec, pour ainsi dire, la création, la re-création d'un parc (gros transports de terrains, surélèvements, nivellements, des milliers de mètres cubes à remuer, abattages d'arbres, plantations, percements, dessins d'allées, etc. Sans compter un bassin, une fontaine d'eau vive...) Et pour tout ça, je suis comme Andoche, lorsqu'il dit : « J'ai mon idée d'imbécile là-dessus, comme sur toutes choses... » J'ai tout dessiné, prévu, combiné si méticuleusement que je me trouve « responsable », et si fort engagé personnellement à la bonne exécution de cette vaste entreprise que je suis bien maintenant obligé de la suivre, jour après jour, et de veiller à la réalisation intégrale.
Croyez-moi cependant si je vous dis que j'ai une petit pièce à l'écart, où je me réfugie constamment et où la table est couverte par les « dossiers » Thibault, IVe partie. Aujourd'hui même, je ne me suis presque pas occupé d'autre chose. Mais je n'en suis pas encore à «écrire » le premier chapitre, ça non...
Vous pensez bien que ce ne sont pas les maçons qui m'empêcheront de faire un saut à Paris, et que je ne vous laisserai sûrement pas partir sans une furieuse accolade.






 


 
Et le voici enfin habitant cette œuvre achevée :

« Cher Tertre! Je jouis infiniment du parc. Est-ce la beauté du site ? Je suis pourtant extrêmement peu sensible aux « paysages » ! Non, c'est plus subtil. Ce que j'aime tant ici, c'est une exceptionnelle harmonie entre cette nature-là (l'été, avec la chaleur) et moi. Aucun, aucun endroit du monde ne m'a jamais semblé être aussi exactement le décor de mon monologue intérieur. J'y retrouve tout ce qui fait le propre de ma vie spirituelle. Ma pensée prend de l'aisance dans ces beaux espaces, s'ordonne bien dans ce cadre aux justes proportions, s'épanouit dans ce silence un peu sauvage, se développe librement dans ce lieu qui est à la fois intime, recueilli, et empreint de grandeur. L'ombre est haute sous ces grands arbres; le regard s'allonge hardi­ment vers ces horizons éloignés ; et pourtant les premiers plans vous limitent : le concret est là tout autour, proche, rassurant, mais nullement tyrannique. Il n'y a guère d'endroit qui mériterait si bien qu'une grande œuvre naisse là. (C'est un endroit où l'on imagine Montesquieu écrivant L'Esprit des Lois...) Et peut-être que je ne dis pas le principal : ces vieilles pierres usées et toujours solides, ces vieux arbres devenus si beaux pour avoir poussé lentement, obstinément, sur un sol très ingrat, toutes ces traces d'un passé qui dure, sont un exemple convaincant de ce que peuvent la patience, la ténacité, la collaboration de la volonté et du temps, pour la réalisation d'une œuvre, d'une vie, préméditées.»




jeudi 5 mai 2016

Réma...lire est aussi sur Facebook


Restez informés de l'actualité du festival en temps réel et ne manquez aucune des animations proposées en aimant notre page Facebook !

Vous êtes également les bienvenus pour interagir avec nos publications, donner votre avis ou partager des coups de cœur de lecture...